Les cambodgiens, ou khmers
 
  
     

Les cambodgiens, ou khmers

Cambodia, Cambodge le 12/05/2013

 

A notre entrée dans le pays par le Nord, nous avons été enchantés par la gentillesse des Cambodgiens. Ils se sont montrés curieux, accueillants, chaleureux et généreux. Nous avions très envie d´apprendre à les connaitre, de partager du temps avec eux.

 

Cependant, à mesure que nous sommes descendus dans le Sud, ces traits de caractère se sont un peu moins fait ressentir. Cela a commencé avec un arnaqueur à Kratié, puis les sourires forcés destinés aux touristes se sont enchainés. Nous avons aussi croisé plus de touristes victimes de vols que d´habitude.

Ce ressenti est en partie de notre faute. En effet, alors que nous avions passé pas mal de temps à moto dans les campagnes et à travers les villages du Laos, ici nous nous sommes surtout cantonnés aux centres urbains, qui comme partout concentrent les touristes et favorisent l´individualisme. Nous sommes un peu passés à coté du Cambodge rural et de ses habitants, mais meme les marchés nous ont moins séduit ici qu´ailleurs -- à l´exception du marché aux crabes de Kep. Du coup, le pays est pour nous le moins pittoresque des quatre pays déjà visités, meme si nous avons apprécié les magnifiques et grandioses temples d´Angkor, les splendides plages de Sihanoukville et la verte campagne de Kampot.

C´est aussi plus risqué de conduire une moto car les policiers sont sous payés et ouvertement corrompus, ils verbalisent régulièrement les touristes sous de faux prétextes pour récupérer des pots-de-vin. De la meme façon, ils se postent au bord des routes pour récupérer sans rien faire les billets tendus par la fenetre des mini-bus sur-surchargés (ou pas, d´ailleurs), qui achètent ainsi le droit de rouler au mépris des conditions élémentaires de sécurité, et probablement parfois sans permis. Loin de sécuriser les routes, ce système les rend plus dangereuses.

Ceci étant, il s´agit d´un pays facile d´accés. La plupart des routes sont bonnes, le réseau de transports en commun fourni; les khmers apprennent l´anglais dés leur plus jeune age, et beaucoup le parlent; les guesthouses sont nombreuses et très peu chères.

 

Ici plus qu´ailleurs en Asie du Sud Est, des dispositifs existent pour les personnes handicapées et les plus démunis. Il existe pas mal d´entreprises employant des personnes défavorisées dans de bonnes conditions: des malentendants dans l´artisanat culturel de qualité, des mal-voyants dans les salons de massage. Il y a aussi beaucoup d´orphelinats, au moins un dans chaque région. Nous avons rencontré un orphelin devenu professeur dans l´orphelinat de Kep, qui parlait anglais et français. Ces initiatives réduisent sans doute de beaucoup la mendicité.

 

 

Ce qui nous a également frappé, c´est la présence importante et ostensible de la prostitution, qui n´est pas un tabou. Les filles ne se cachent pas mais il n´y a pas de vulgarité. Ici, cela semble un moyen comme un autre, légal, de gagner sa vie et meme de nourrir sa famille.

Nous nous sommes aussi vu proposer de la drogue beaucoup, beaucoup plus souvent qu´ailleurs. La bière peut etre trouvée à un prix dérisoire: Un euro le pichet de 1,5l de pression!

 

Dans les grandes villes, on peut donc ressentir une athmospére de douce débauche, peut-etre due au nombreux des expats qui y vivent, attirés ici par le visa trés bon marché et officieusement renouvelable indéfiniment, ainsi que par le fait qu´il soit trés facile de monter une petite entreprise.

 

La religion est beaucoup moins présente qu´ailleurs. Les pagodes sont petites et relativement peu nombreuses et nous avons très rarement croisé les moines dans les rues. D´ailleurs meme si chaque foyer possède une "maison aux esprits", il y a peu de représentations de Bouddha. Comme si le bouddhisme ne s´était pas encore relevé des persécutions des khmers rouges, dont l´horreur reste une plaie béante pour le pays et ses habitants.

L´ancien roi Norodom Sihanouk parait peut-etre plus populaire. Il a représenté le pays depuis le départ des Français vers 1950 jusqu´à sa mort il y a seulement 6 mois, bien qu´il ait abdiqué quelques années auparavant.

 


 

Commentaires



Autres récits de voyage