Les dauphins
 
  
     

Les dauphins

Kratie, Cambodge le 14/04/2013

 

14/04

Nous nous réveillons à 5h30 pour le bus, étonnés d´avoir été plus dérangés par les moustiques que par le bruit et la lumière. Il semble qu´en fait de fete, ils ont surtout brulé de l´encens. Nous nous faisions toute une idée de cette fete de "Phi Mai" dont nous avons beaucoup entendu parler en Thailande et au Laos... Espérons que ce sera plus animé dans notre destination du jour: Kratié.

Le mini-bus met 5h en ramassant toujours plus de locaux au passage. Nous voyageons avec des poules à nos pieds, alors que nous avons vu sur internet qu´il y a actuellement un probléme avec une nouvelle souche de la grippe aviaire au cambodge.

Le mini-bus nous dépose face à un hotel qui nous propose une chambre pour 3 à un prix correct en période nouvel an, que nous prenons. Le patrons de l´hotel nous propose une excursion dans les environs de Kratié puis de nous réserver le bus pour demain. La note est salée mais il nous persuade que nous n´avons pas le choix en cette période de jours fériés car tous les prix grimpent. C´est vrai, mais pas autant, et nous faisons l´erreur de nous fier à lui alors qu´il est la première personne que nous recontrons dans cette ville, et qu´il le sait. Nous avons bien vu ensuite que nous aurions payé moins cher si nous nous étions débrouillés tous seuls comme d´habitude.

Nous commençons par aller au marché, où nous mangeons une noodle soup et un riz au porc. Aprés une petite sieste, le tuk-tuk nous emmène aux rapides de kampi. Sur la route, les conducteurs sont déchainés, particuliérement ceux des 4x4, qui se croient protégés et sont de vrais chauffards.

Aux rapides, qui sont quand meme plutot lents, des centaines de Khmers sont assis dans l´eau tout habillés. C´est très populaire. Il y a des familles entières, il y a de jeunes adultes qui se draguent maladroitement. Les gens consomment sans compter, laissant des restes de repas et des canettes vides en pagaille. Heureusement, pour une fois il y a des poubelles mais elles débordent de partout. Ils ne vont quand meme pas jusqu´à tout balancer dans l´eau où ils se baignent, meme si un peu quand meme. L´athmosphère sent l´alcool et la bonne humeur, mais pas d´exhubérance pour autant.

 

 

Nous nous mettons à l´eau dans un endroit plus calme où quelques jeunes gars discutent un peu avec nous. Nous buvons un coup et repartons sans avoir vraiment pu rentrer dans ce délire.

 

Nous descendons un peu en aval pour aller voir les fameux dauphins d´eau douce dits "de l´Irrawaddy". Un petit bateau nous emmène près d´eux et nous pouvons les voir plutot bien, meme s´il y a quantité de bateaux autour à cause des touristes locaux en vacances. C´est une espèce en voie de disparition et nous regrettons un peu de participer à leur harcèlement. Ces dauphins ne sont pas très spectaculaires, meme si certains peuvent mesurer plus de 2 mètres de long; mais ils sortent respirer assez souvent pour que nous les voyions. Et c´est quand meme très chouette de pouvoir en voir dans leur milieu naturel.

 

 

A notre retour à l´hotel, c´est douche obligatoire puis nous sortons pour manger. Des khmers nous invitent à leur table sur le trottoir pour tester un oeuf couvé (avec le poussin dedans). Lili se jette à l´eau mais a quand meme eu un peu de mal à le manger, d´une part parce qu´il faut beaucoup de dextérité pour extraire le foetus trop gros de sa coquille, et d´autre part parce que c´est assez répugnant; mais pas mauvais.

 

 

Pour la suite, le choix est restreint car la majorité des commerces sont fermés. Nous nous rabattons sur un stand de rue. C´est pas terrible: Lili a une bouillie de riz nature dans de l´eau chaude avec du poissons et des oeufs durs trop salés, Nico un curry à la birmane comprenant surtout des os, Gily a un plat "sans viande" (elle est végétarienne) avec plein de morceaux de porc. Le tout est accompagné d´une platrée de riz blanc froid. On ne se régale pas mais c´est copieux. Pour le dessert on commande tant bien que mal un fruit shake. Nous voyons ensuite arriver un shake au durian, et on ne s´attendait vraiment pas à ça! Heureusement que Nico aime bien.

Nous faisons un crochet par le Vat de la ville pour y voir les fesivités de nouvel an, mais il n´y a rien. Nous rentrons donc nous coucher alors que s´est levé un vent à décorner les buffalos qui soulève toute la poussière de la route.


 

Commentaires

 Marraine Anne
Du coup vous avez bien dormi !! Dommage cependant de n'avoir pas pu vivre pleinement le nouvel-an ...



Autres récits de voyage