Premiers pas au Cambodge
 
  
     

Premiers pas au Cambodge

Banlung, Cambodge le 13/04/2013

12/04

Nous prenons un bateau depuis Don Khone puis un mini-bus attendu 1h pour nous rendre à la frontière du Cambodge. Les formalités y  sont assez rapides. Nous sommes seuls car tous les autres touristes sont passés par un interédiaire pour leur visa, moyennant un suplément. Coté lao comme coté cambodgien, les fonctionnaires corrompus nous soutirent quelques dollars. Il nous faut ensuite attendre presque 3h avant de monter dans un bus bondé qui va nous déposer à Strung Treng. Malgré le tarif VIP bus, y´a pas de clim et certains sont obligés de s´asseoir dans l´allée centrale. Nous attendons encore 2h30 qu´un bus pour Ban Lung nous ramasse. Cela nous laisse le temps de manger un porc caramel et Nico sympathise avec Sombouk, un enfant cambodgien qui lui enseigne les rudiments de sa langue avec patience. Ils jouent ensuite ensemble à Angry Birds sur le netbook. Pour la route, on achète un délicieux ananas aux épices (gros sel et piment).

Ici on paye tout en dollar, heureusement qu´il nous en reste un peu depuis la Birmanie. Nous n´avons pas encore pu retirer de riels. Ce n´est pas un problème car ici les deux monnaies coexistent totalement.

Nous arrivons à la gare routière de Ban Lung vers 18h30. Des chauffeurs de tuk-tuk tout sourire nous y attendent. Chacun propose une GH différente. Ici, pas de compétition acharnée entre eux mais beaucoup de fair-play. Ils répondent aussi avec patience à nos nombreuses demandes de précisions. Nous en choisissons une trés bon marché. Le tuk-tuk est en fait le boss de la GH et il parle très bien anglais. De plus, il est très sympathique et reste un moment discuter avec nous et nous expliquer tout ce qu´il y a d´intéressant dans le coin. Il organise des treks dans la jungle, mais les tarifs pratiqués ici nous rebutent. Comme nous avons déjà fait pas mal de treks, ce n´est pas une priorité et nous préfèrons conserver ce temps et cet argent pour plus tard. Nous nous installons dans notre chambre que nous devrons quitter demain, car la nuit prochaine commencent les festivités du nouvel an Asiatique (Cambodgien, Thailandais, Laotien), qui durent 3 jours. Pour l´occasion tous les prix grimpent, spécialement ceux des chambres qui sont multipliés par 3. Nous irons donc en dortoir.

Nous partons ensuite manger au marché avec Gily, une israelienne qui nous a suivi depuis le bus. Nous y mangeons, entre autres, des coques qui nous sont servies par une dame on ne peut plus aimable et serviable.

 

13/04

Nous louons la moto du patron de la GH et partons découvrir les curiosités du coin, suivis tant bien que mal par Gily. Le matin nous allons voir (encore!) deux cascades plutot jolies, et nous nous baignons dans la seconde.

 

Nous passons acheter le repas du midi au marché et nous installons sur une table en bois près d´une maison. Au menu: Enorme paté de sticky rice cuit et enroulé dans des feuilles de bananier et contenant du porc ainsi qu´une substance jaune indéterminée; du poulet laqué; du poisson trop salé; de l´omelette aux herbes; de la pate de poisson au gingembre et piment; une mangue. Bientot, toute la famille vient à notre rencontre avec curiosité et nous discutons un moment.

 

Nous repartons pour aller au grand Yeak Lom. C´est un beau lac dans un cratère circulaire qui aurait été formé par l´impact d´un astéroide. L´eau est bien bleue et chaude. De larges plateformes-plongeoirs en bois on été disposés sur le périmètre, et, bien évidemment, nous en profitons avec joie. Comme l´endroit est fréquenté par les cambodgiens, nous préférons nous baigner habillés. Enfin, Nico peut se mettre torse-nu, mais Lili doit tout garder, pas très pratique!

 

Après une promenade autour du lac, nous nous faisons inviter par un groupe d´amis à boire des bières et à gouter le boeuf séché.

 

Nous rentrons à la GH en soirée après quelques autres péripéties, nous nous débarassons de la poussière de la piste sous la douche puis nous séparons enfin de Gily pour aller sur Internet. Nous dinons ensuite dans le premier resto venu où un Khmer nous fait partager son plat de grenouilles grillées. Ce sont de petites grenouilles qui ont été longtemps frites dans l´huile, et qu´on mange tout entières. C´est trop salé.

 

Les Khmers, c´est l´ethnie historique du pays, qui compose plus de 90% de la population, mais surtout c´est plus rapide à écrire que "cambodgien".

Nous nous couchons donc dans le dortoir, où nous sommes seulement trois. Il occupe une partie de la pièce principale de la GH, simplement délimité par un rideau. Les cambodgiens s´excusent par avance, car demain matin à 01h ils vont feter leur nouvel an. Nous nous apprétons à dormir peu, mais en nous disant que si nous n´y arrivons pas nous irons faire la fete avec eux.

De ces deux premières journées au Cambodge, nous retenons surtout l´incroyable gentillesse et la curiosité des habitants qui nous abordent partout. Nous retrouvons la chaleur des contacts birmans. Il y a aussi beaucoup de monde qui parle anglais, et pourtant Ban Lung n´est qu´une petite ville de province  dans une région excentrée et très rurale.


 

Commentaires

 Nicolili
Ils sont plus avenants, plus curieux de nous connaitre, et c'est encore plus valable dans les lieux moins touristiques. Ils sont peut-etre aussi moins timides parce qu'ils parlent plus et mieux anglais.
 Cyss
Faudra nous faire un top 10 des endroits visités! en tout cas l'arrivée au Cambodge a l'air sympa!
Hier on a passé la Frontiere nicaraguayenne, ;)
Buzz
 Marraine Anne
Il semble qu'en arrivant au Cambodge vous ayez retrouvé des contacts humains qui vous correspondent mieux, ou peut-être tout simplement un peu plus occidentaux ? En tout cas je retiens le lien commun à tous les pays que vous venez de visiter : l'attente au bus ! :-D



Autres récits de voyage