L'air frais de la montagne
 
  
     

L'air frais de la montagne

Dà Lat, Vietnam le 02/06/2013

 

29/05

Nous arrivons à Dalat en fin d´aprés-midi, mais peinons un peu pour dénicher une GH entrant dans notre budget (finalement ce sera chez Mr. Tom).  Et pour cause, Dalat est une destination très prisée par les riches vietnamiens, or en ce moment c´est la période des grandes vacances scolaires, de mi-mai à mi-juillet. Comme ces vacanciers semblent ne pas regarder à la dépense pendant leurs rares congés, tout est plutot cher ici, sauf peut-etre... les commerces pour occidentaux!

Lorsque les colons français ont découvert Dalat, ils en ont rapidement fait un lieu de villégiature, une "station climatique". En effet, le climat de la région est bien particulier: entre 15 et 25 degrés toute l´année, avec soleil le matin et pluie l´après-midi. Nous, on s´y caille! Les français y avaient construit plusieurs villas et hotels fastueux, qui lui ont valu le surnom de "Petit Paris", encore plus justifié par une nouvelle antenne radio en forme de Tour Eiffel.

 

 

30/05

Après un petit déj simple à la gargotte qui fait face à notre hotel, nous partons vers la campagne à moto. Lili monte sur la moto de notre guide (ici, les guides à moto se font tous appeler "easy drivers", meme s´ils ne font pas toujours partie de l´association), et Nico suit avec une moto de location.

 

 

Nous visitons une des nombreuses plantations de fleurs et de légumes des alentours. Des serres sont visibles partout, il y en a vraiment beaucoup.

 

La région de Dalat est la seule du pays, et certainement meme plus loin, dont le climat permet la culture des fleurs et légumes de chez nous. On peut ainsi trouver ici des courgettes, des tomates, des choux-fleurs, des citrouilles, des patates, et d´autres légumes, mais le produit phare est l´artichaud. Il se décline en thé ou en jus,  mais tout ces produits à l´"artiso" ont un gout trop concentré pour notre palais.

 

 

Les légumes sont cependant de plus en plus délaissés au profit des fleurs, surtout roses et chrysanthèmes, qui font la richesse de leurs producteurs. Tout se fait "à l´ancienne", sans engrais ni pesticides et par bouturage ou greffe. Nous assistons au tri des fleurs selon leurs couleurs et qualités, qui vont etre envoyées dans tous le pays.

 

Nous visitons aussi une plantation de café (mokka et robusta), dont la culture fut importée par les colons français puis développée par les Vietnamiens, qui ont aujourd´hui hissé le pays au rang de deuxième producteur mondial dérrière le Brésil. Il est incontestable que le café Viet est trés bon et, nous qui n´en buvons jamais en France, nous en prenons ici au moins une fois par jour, le plus souvent glacé, avec ou sans lait. Le bistro de la plantation propose diverses variétés, mais nous laissons de coté le café issu des crottes de civettes (un petit mammifère) pour gouter le café macéré au beurre: c´est bon, et on sent le léger gout du beurre.

 

 

Notre guide nous fait passer par un élevage de criquets destinés à l´alimentation, et nous en grignotons bien sur quelques uns.

Nous traversons des paysages superbes, très verts et vallonés.

 

 

Il y a aussi une "fabrique" de soie bien plus industrialisée que celle que nous avons vue au Cambodge.

 

 

Nous entrons aussi dans une distillerie artisanale d´alcool de riz, qui sort de l´alambic maison à 65°. Ca nous gratte un peu la gorge, mais ça peut faire de belles flammes bleues. Il sera quand meme dilué pour etre consommé aux alentours de 36°.

 

 

Nous allons admirer la Cascade de l´Elephant qui, pour une fois, nous impressionne par son débit. Impossible d´approcher du rideau d´eau, toute tentative se soldant par une douche assez forte de goutelettes. Juste à coté, nous profitons d´un joyeux Bouddha de style chinois énorme dans tous les sens du terme.

 

 

En rentrant à Dalat, nous explorons la Crazy House, un grand délire d´architecte (qui n´est autre que la fille d´un ancien président). Il s´agit d´un labyrinthe de béton très kitsh, tout en courbes et en couleurs, fait de plateformes, de tours et d´escaliers, qui est à la fois un musée et un hotel prisé pour les lunes de miel.

 

 

Notre dernière étape est l´ancienne gare ferroviaire, dont l´antique locomotive à vapeur est un terrain de jeu pour les enfants... et pour Nico!

 

 

31/05

Nous allons déjeuner en face puis allons louer de nouveau une moto. Nous passons à la gare routière nous renseigner sur les bus pour Buon Ma Thuot, puis nous suivons une route sinueuse jusqu´à la cascade de Datanla.

A notre surprise, le site, qui est très fréquenté par les touristes Viets, est aménagé en petit parc d´attraction. Pour descendre jusqu´à la cascade, nous montons dans une luge sur rails qui, contre toute attente, délivre quelques sensations fortes si on y va à fond, en se débrouillant pour ne pas etre coincé derrière les énormes Russes ou les poupées Vietnamiennes.

 

 

La cascade en elle-meme est plutot jolie, elle a un bon débit d´eau. Nous essayons de gagner une bouteille de vin de Dalat au stand de tir à l´arc, mais nous ratons la minuscule cible à 5 petits centimètres près. Tant pis, le vin sera meilleur en France. Nous ne prenons pas le court téléphérique et continuons à pied jusqu´en bas où nous attend une autre cascade.

 

 

Nous allons ensuite à une pagode qui possède un grand jardin boisé et apaisant avec vue sur le grand lac de barrage de Tuyen Lam.

 

 

Nous décidons de faire le tour de ce lac à moto, et la route nous offre de jolis points de vue sur le lac et la vallée. Elle se termine cependant en cul-de-sac au bout d´un moment, et nous sommes obligés rebrousser chemin malgré nos efforts pour trouver l´issue, sous la pluie qui commence à tomber et assombrit le ciel.

 

 

Nous nous arretons à l´entrée de Dalat pour boire un café sua au rhum et un thé artiso sur une terrasse donnant sur la vallée et les monts, qui sont d´anciens volcans. Dalat nous fait penser au Cantal: une région relativement peu peuplée et longtemps oubliée, un micro-climat froid au centre du pays, un paysage d´altitude très vert constitué de volcans éteints.

 

 

Nous aspirons à une bonne douche chaude, mais M. Tom nous dit que l´eau est coupée pour cause de travaux dans la rue. Nous allons nous réfugier dans un restau pour occidentaux désert où nous faisons les gourmands, profitant que ce soit pour une fois moins cher que les cantines asiatiques. Nico prend un hamburger/frites et des pates carbo et Lili du poulet aux champis et noix de cajou/frites, des bananes flambées et un café latte vanillé. Miam!

 

01/06

Petit déj´ dans le restau habituel, puis on vient nous ramasser pour une sortie canyonning. Nous avons hésité avant de nous inscrire, car ça grève un peu notre budget, mais ça reste deux fois moins cher que dans les Pyrénnées, et c´est une expérience inédite. Nous nous retrouvons à trois, avec un hollandais agréable.

Ca commence par un tutoriel où on nous familiarise avec le matériel et les techniques de base. Nous passons vite au jeu proprement dit. Au niveau 1, il faut descendre une paroi très raide en rappel, on peut gagner des points en faisant des bons pour descendre plus vite.

 

 

Au niveau 2, ce sont deux toboggans de roche dans le lit du torrent, on peut les descendre dans n´importe quelle position, c´est facile et on peut le rejouer à volonté, mais ça cogne un peu quand meme.

 

 

Pour boucler l´acte 1 il faut passer un boss impressionant: une chute d´eau de 25m de hauteur à descendre en rappel. Pas évident car la paroi est extrèmement glissante, le débit est fort et on se prend l´eau de plein fouet, notamment dans la figure, ce qui empeche de voir les instructions affichées par le moniteur. Pour terminer, il faut sauter 4m dans le vide puisque la corde n´est pas assez longue. C´est ardu et fatiguant, mais c´est tellement fun que nous recommençons tous une autre fois pour améliorer notre score.

 

 

Après ça, nous faisons une pause pour regagner des points de vie. Nous mangeons des sandwiches en regardant descendre les autres groupes et nous réchauffons au soleil car l´eau de la rivière est un peu fraiche. On claque des dents.

Nous attaquons ensuite l´acte 2, niveau 1, où il s´agit de sauter d´un rocher dans l´eau plus de 8 métres plus bas. Dans ce décor naturel, c´est vraiment exaltant, nous le faisons deux fois chacun et c´est toujours aussi flippant.

 

 

Pour terminer, nous devons descendre en rappel une paroi qui forme un angle aigu et abouti dans une chute d´eau. Il faut donc se laisser pendre dans le vide, puis sous la cascade, puis se laiser emporter par l´eau, ce qui est très sympa, mais moins difficile qu´il n´y parait.

 

 

Une fois rentrés, nous prenons enfin une bonne douche chaude, et Lili fait la sieste sous les couettes sans vraiment réussir à se réchauffer. En soirée, il nous faudra deux plats chacun, des beignets et une petite pizza pour parvenir à nous rassasier.

 

02/06

A 8h30, nos sacs sont prets et nous sommes attablés à notre petit restau habituel, en plus de l´assiette de riz nous y goutons un yaourt à la vanille maison étonnament bon.

Nous arretons ensuite un taxi qui nous emmène à la gare routière. Là, nous cherchons le bus de 9h30 que nous avions repéré il y a deux jours, il est seulement 9h15 mais on nous dit qu´il est parti car plein et qu´il faut attendre 10h30. Nous essayons en vain de faire du stop aux mini-bus qui passent, puis revenons à la gare, mais le bus de 10h30 à disparu. Nous avons un petit coup de chaud avant de comprendre qu´il est parti en ville récupérer les gens qui ont réservé. Comme c´est un mini-bus, il s´arrete ramasser les gens au bord de la route jusqu´à n´en plus pouvoir, et nous nous retrouvons à 27 dans un véhicule de 16 places. Nous sommes littéralement assis les uns sur les autres pendant 5h de trajet!! Heureusement que le climat n´est pas tropical!

Il se met à pleuvoir sans interruption à partir de 13h. Quelques kilomètres avant Buon Ma Thuot (BMT), la route est inondée à plusieurs endroits. Il y a un taxi échoué qui a de l´eau jusqu´aux vitres, on assiste à plusieurs chutes de moto, dont une fille qui croyait s´en tirer en roulant sur le bas-coté et tombe sous nos yeux dans un trou d´eau de plus d´un metre trente de profondeur qui laisse à peine affleurer le guidon de la machine. Des piétons qui ne voient pas où ils mettent les pieds se retrouvent aussi dans l´eau jusqu´à la poitrine; les passagers de notre mini-bus sont morts de rire et nous rions avec eux car, aprés tout, il n´y a rien de grave.

 

  

Nous nous inquiétons un peu quand meme parce que nous avons prévu de faire un virée à moto demain et cela ne nous dit rien du tout dans ces conditions.

 


 

Commentaires

 Marraine Anne
Ex aequo avec celle d'Aurélie, photo de Nico et le criquet ! Epatante !
 Marraine Anne
Mais quelles séries d'aventures ! Vous avez trouvé votre Disneyland vietnamien avec en plus une improvisation du climat en bouquet final ! Excellentes photos en pleines action pendant votre canyonning. Mais ma photo préférée reste celle avec Aurélie, hilare sur sa luge sur rail :-)



Autres récits de voyage