Dans la jungle
 
  
     

Dans la jungle

Khao Yai National Park, Thaïlande le 12/03/2013

10/03

Nous partons de bon matin pour le Parc National de Khao Yai avec la formule proposée par la GH. C´est le plus grand Parc du pays, classé au patrimoine mondial de l´UNESCO.

 

 

A peine rentrés dans le parc, nous croisons sur la route une grande famille de macaques à cul rouge.

 

Un peu plus tard, nous voyons deux petites biches orangées se réfugier dans les bois.

 

 

Notre pick-up s´arrête ensuite à un point de vue, où nous pouvons nous faire une idée de l´immense étendue de jungle qui constitue ce parc. Nous avons la chance de pouvoir déjà voir là un toucan perché à la cime d´un grand arbre. Heureusement, notre nouveau guide transporte une petite lunette astronomique pour mieux le voir, car même si les toucans sont de gros oiseaux, les arbres sont si hauts qu´il est vraiment loin de nous. Nous profitons de cette pause pour enfiler des guêtres contre les sangsues, précaution qui nous semble alors un peu superflue en cette fin de saison sèche.

Au stop suivant nous nous apprêtons à entrer pour de bon dans la "forêt perpétuelle", lorsque notre très bon guide repère un nid de toucan sur un arbre en bordure de route. Le male est à la chasse pendant que la femelle et les petits sont cachés dans le nid. La chance nous sourit car le male revient vite, nous laissant un peu de temps pour l´observer avant de repartir en déployant sa large envergure.

A peine rentré dans la jungle, notre guide repère un serpent orange vif très photogénique, surtout qu´un des thaïs qui nous accompagne n´hésite pas à l´attraper. Il n´est pas venimeux, mais sa morsure est très douloureuse car les crocs restent plantés dans la chair.

 

 

Nous entamons une randonnée de 4h dans la forêt afin d´aller au plus près de la vie sauvage. Il y a des lianes partout, qui créent des branches aux formes surprenantes, et des arbres tellement larges et immenses qu´on ne peut pas en voir le sommet. Certains ont plus de 250 ans. L´avantage, c´est que les puissants rayons du soleil ne percent que très peu la canopée, la température y est donc très supportable. De ce fait la forêt reste toujours humide, raison du foisonnement de la faune qui s´y abrite.

 

Nous assistons brièvement à un combat d´aras rouges qui se disputent un territoire. Ils volent à toute vitesse parmi les branches et les lianes à 2m de hauteur. Magnifique.

 

 

Un peu plus loin, nous observons longuement une famille de gibbons, ces gentils singes peureux qui ne descendent jamais des arbres. Ils se promènent agilement d´une haute branche à l´autre. Au même endroit, on voit un écureuil géant, jaune et noir.

 

 

Sur le chemin, notre guide repère encore, on ne sait comment, un serpent vert aussi beau que dangereux, enroulé dans les branches d´un arbrisseau. C´est une sorte de vipère dont le venin est mortel!

 

 

Nous voyons aussi les belles traces de griffes laissées le long d´un tronc par un ours noir qui l´a grimpé pour aller chercher le miel des abeilles. D´après le guide, il peut monter jusqu´à 40m!

Nico repère à son tour un gros spécimen de lézard qui va se caler sur une branche basse.

 

 

On passe ensuite par un saltlick. C´est un endroit où la terre est naturellement riche en sodium et que les employés du parc rechargent en sel une fois par an à l´attention des ruminants: cerfs (deers), gaurs (bovins) et éléphants. Nico en profite pour évaluer la fraîcheur et la taille des crottes d´éléphants.

 

 

Après le déjeuner, nous allons à la cascade de 30m de haut qui apparait dans le film La plage (avec Léonardo Dicaprio). C´est dommage qu´on ne puisse plus s´y baigner à cause d´accidents survenus sur les lieux. Elle est parfois fréquentée par un crocodile.

 

Ensuite, nous remontons dans le pick-up pour essayer de repérer un des éléphants sauvages qui vivent ici. Nous savons qu´il n´est pas garanti de les voir et espérons avoir un peu de chance.

En fin de compte, c´est l´un d´eux qui vient nous trouver. Il traverse la route devant nous, à 30m de distance, et disparait dans la forêt... pour en ressortir en vitesse en se dirigeant vers nous! Marche arrière toute! Ce petit jeu dangereux a duré quelques minutes extraordinaires, qui nous ont permis de l´observer de très près, non sans une petite poussée d´adrénaline. C´est quand même sacrément impressionnant un éléphant sauvage. Inoubliable. On en a fait un film et on regrette de ne pas pouvoir le mettre sur ce blog. Finalement, c´est nous qui finissons par nous enfuir devant lui.

 

 

Pas rassasiés, nous partons à la recherche d´un autre, que nous trouvons en train de vaquer dans les hautes herbes. Celui-ci reste à une distance de plusieurs centaines de mètres avant de s´en aller. Il y aurait environ 350 éléphants, et une dizaine de tigres ici.

En fin d´aprèm, tandis que les autres repartent à la GH, nous décidons de rester dans le Parc en passant la nuit au camping. Le guide nous y dépose et nous dégote le repas du soir, car ici les restos ferment à 16h. C´est vraiment gentil de sa part.

Le camping est très nature, fidèle à l´esprit du Parc. Il y a peu de monde, il est occupé par de nombreux cervidés pas farouches du tout qui viennent brouter l´herbe et essayer de fouiller dans les poubelles.

 

Nous louons le matériel de camping, de couleur camouflage. Dans la tente nous entendons le clapotis de l´eau de la rivière à 20m et le chant des animaux nocturnes, spécialement celui des gros geckos, tellement reconnaissable. Geckooooooo!

 

11/03

Nous ne passons pas une très bonne nuit à cause de trois français qui se sont installés près de nous et ont fait du bruit.

Aujourd´hui, nous allons devoir nous débrouiller seuls et sans véhicule dans le parc. Heureusement, les routes ont été créées avec parcimonie dans cette étendue de nature, et les rares voitures n´ont pas vraiment le choix des itinéraires, donc le stop marche bien. Une famille de thaïlandais nous ramasse assez vite et nous montons dans la benne de leur pick-up. Nous allons au visitor´s center louer les services d´un guide du parc. C´est très fortement recommandé pour pouvoir s´aventurer dans la jungle et effectuer le trail de 4h que nous avons choisi. Notre guide est un vieux de la vieille, qui, comme ses collègues, ne parle pas anglais.

Nous voyons d´abord plusieurs grosses poules sauvages, puis un beau pic-vert occupé à marteler un tronc. 

Peu après, nous entendons des gibbons et sortons du sentier pour aller les trouver. Un peu plus loin, on prend en photo des mues de cigales et une mante religieuse.

 

Tout du long, nous avons trouvé sur notre route des crottes d´éléphants, dont certaines trés fraiches et, pour finir, nous sommes tombés sur le lieu où ils avaient passé la nuit, dans les herbes hautes.

 

 

Le guide a surtout été utile pour nous indiquer le chemin. Il porte sur lui une ceinture de cartouches diverses et un gros flingue au cas où il croiserait un tigre, pour lui tirer entre les deux yeux. Il en a déjà tué deux, vraiment!

A la fin de la rando, on le quitte et on rejoint la route par un chemin au bout duquel deux ou trois voitures sont garées. On décide d´aller voir ce qui les intéresse, et on le devine vite en voyant qu´ils regardent en direction d´un saltlick: des éléphants! Il y en a deux, occcupés à ramasser la terre avec leurs trompes. A un moment, l´un d´eux se met carrément à genoux pour lécher le sol. Ils restent là un petit moment avant de repartir en courant dans la forêt. 4 éléphants sauvages en 2 jours, on a de la chance!

 

Avant le déjeuner, nous regardons encore un troupeau de biches et un varan au bord de la rivière. Nico se rend compte qu´il n´a plus ses lunettes de vues, sans doute tombées de sa poche dans le premier pick-up.

 

L´aprèm, nous prenons un sentier balisé, sans guide. Nous voyons une grande troupe de macaques occupés à faire les poubelles et à jouer dans les arbres.

 

Ensuite, nous voyons un écureuil blanc et noir, un joli oiseau à longue queue, et nous apercevons un gros animal s´enfuir au milieu des arbres, sans doute un gaur.

En soirée, au camping, nous nous faisons des copains. Il y a un vieil allemand qui vit en Thaïlande, son ami thaï, et un gars de Bangkok en week-end qui nous a pris deux fois en stop. On chante, on rit, on mange, et on se réconcilie tout à fait avec les thaïs.

 

12/03

Ce matin, nous partons faire un dernier tour, dans la jungle qui borde le camping, de l´autre côté de la rivière. Nous voyons plusieurs oiseaux: pélicans, beaux faisans, oiseaux à longue queues et un bel oiseau bleu. Il y a aussi deux lézards bronzant sur un arbre et un gros truc qui s´enfuit dans le bois, peut-être un cerf, on l´a entendu taper ses bois contre un arbre.

 

 

Ensuite, c´est l´heure de partir. Notre copain thaï nous emmène à la sortie du parc, où nous sommes ramassés par trois jeunes filles branchées revenant du temple. En fait, l´une d´elles est un il, "a lady boy", il n´est pas du tout rare d´en croiser en Thaïlande.

Notre train part à minuit, nous avons tout l´après-midi devant nous. Nous allons un moment au cyber-café, puis nous sortons au marché de nuit. Là, Nico voit une boutique d´opticien, et entre par curiosité pour demander le délai de fabrication des lunettes. On lui répond qu´elles peuvent être prêtes à 19h pour 50 euros (il est 18h10!!!!!). On dit banco. Examen et choix des montures jusqu´à 18h40, puis on s´en va pendant qu´ils font les verres (sans options). A 19h02 c´est prêt! Ceux qui ont des lunettes apprécieront.

Certains souhaitent qu´on parle plus de la bouffe. Au marché, on mange un assortiment d´insectes grillés aux herbes (hannetons, sauterelles, vers, petits grillons). C´est pas mauvais mais Nico a quand même du mal. On y ajoute donc un bouillon aux nouilles de riz, boeuf et herbes.

 

 

On va ensuite attendre le train dans un autre cyber (pour 35cts l´heure on ne se prive pas). Ca marche très bien, mais on y oublie la clé USB contenant les 6000 photos prises depuis le début du voyage....


 

Commentaires

 Mathilde
les photos des 2 serpents m'ont filé des frissons ! quelle chance de voir des éléphants sauvages !! le retour à la réalité va être bien dur ! bisous tous les 2 !
bonne journée
 Marraine Anne
Ooooohh nooonn ! Les photos !



Autres récits de voyage