Les cardamomes meridionales
 
  
     

Les cardamomes meridionales

Koh Kong, Cambodge le 30/04/2013

 
27/04

Nous avons de l´avance sur notre itinéraire du Cambodge. Il ne nous reste plus qu´à explorer la cote Sud avant de passer au Vietnam. C´est pourquoi nous décidons de faire un crochet par Khrong Koh Khong à l´Ouest, pour gouter à la vie sauvage et rurale du pays.

Pour cela, il nous faut quitter Kompong Chnang pour la capitale. Prendre un bus n´est pas rentable, il nous faudrait à nouveau payer un billet pour tout le tronçon Battambang - Phnom Penh alors que nous n´en ferons pas la moitié. Nous décidons d´arreter un des mini-vans de passage. Nous faisons bonne pioche: pour moitié prix, nous avons un véhicule climatisé et pas tout à fait complet.

Quand nous arrivons à Phnom Penh 2h plus tard, il est midi et les bus pour Khrong Koh Khong sont partis, il faut attendre demain matin. Nous nous y résignons lorsqu´un gars nous convainc de nous prendre dans un autre mini-van quasi vide. C´est un peu plus cher que le bus mais on tente le coup car ça nous évite de passer une nuit dans la capitale. Mauvais choix! Le gros Espace se remplit rapidement jusqu´à la gueule: de gros bidons de 20l de sauce pimentée occupent la place pour les jambes, les cambodgiens montent à 5 sur la banquette 3 places, Lili a une dame avec sa gamine qui lui dorment presque sur les genoux, Nico est coincé tout derrière entre la vitre en plein soleil et une montagne de cartons, de bidons et de sacs de nouilles de riz qui atteint le plafond. Un bidon d´essence se vide à ses pieds, imbibe ses tongues, et les vapeurs engourdissent tout le monde. Le coffre reste ouvert pour pouvoir contenir tout le bazar qui déborde sur le marche-pied arrière et tient avec des cordes. Bref, le véhicule est sur-surchargé, et en plus le conducteur roule comme un malade. Ah oui pas de clim, 5h de trajet!

Nous arrivons à Khrong Koh Khong en fin d´après midi, épuisés, gluants de sueur et tout poussiéreux. Le chauffeur nous  dépose au milieu de nullepart, mais nous refusons de céder à la pression des moto-dop qui nous proposent des tarifs très exagérés. Nous marchons donc avec nos gros sacs, tournons en rond un moment et enfin nous trouvons un expatrié de bon conseil qui nous mène à une GH bon marché. Notre chambre, au 4e, donne sur l´embouchure du fleuve et ses bateaux de peche colorés.
 



28/04

Aujourd´hui nous décidons de ne rien faire, pas de sortie au programme. Nous commençons par faire notre lessive dans la salle de bain, puis nous allons au marché, où nous trouvons de grandes gaufres à la noix de coco pour le petit déj´. Lili s´y achète de nouvelles lunettes de soleil parce qu´elle a encore perdu les siennes, et Nico des tongues pour remplacer celles qui ont été bousillées par l´essence. Il nous faut aussi de la mousse à raser et de la crème anti-moustique. Pour midi nous mangeons dans un petit  restau local où nous nous gavons de thé glacé. Il fait très chaud.

Nous allons ensuite sur Internet. Comme le cyber le moins cher de la ville est aussi un coiffeur, Nico en profite pour se faire couper la tignasse et raser la barbe. Tout ça plus 3h d´internet pour 1,60€! Du jamais vu! Du coup, pour la première fois, nous négocions le prix à la hausse et lui donnons un peu plus!
 
 
 
Nous faisons ensuite quelques prospections en ville et allons diner sur les quais avec un fried rice aux fruits de mer accompagnés de calamars très frais.


29/04

Ce matin, nous faisons péniblement trois fois le tour des rues autour du marché pour trouver un loueur de vélo. Les locaux, qui ne peuvent pas dire "je sais pas", nous envoient dans toutes les directions. Finalement, nous le débusquerons tous seuls mais plus loin, sur l´artère principale.  

Nous traversons en pédalant le pont vers la Thailande, puis nous bifurquons sur une piste caillouteuse et sous un ciel d´orage.
 
 
Une heure plus tard, nous parvenons sur la plage, qui est belle, très longue, et absolument déserte. Il y a seulement quelques cahutes qui proposent des plats basiques et des boissons, nous en profitons pour manger.
 
Comme il ne fait pas beau et que nous avons le temps, nous décidons de continuer sur la route pour voir où elle mène, par curiosité. Elle se termine dans un village de pecheurs pittoresque et assez étendu bien que très isolé; toutes les constructions sont sur pilotis, les bateaux sont chargés de filets et de coquillages. Des villageaois jouent aux dominos de manière énergique, des hommes sirotent des bières et des cafés devant un match à la télé, quelques femmes nettoient des calamars et des crabes.
 


Nous retournons à la plage pour le reste de l´après-midi. Les éclairs et les nuages noirs sont passés sans qu´il pleuve, et le soleil est revenu en force. L´eau, peu profonde, est vraiment trés chaude, trop meme: elle ne nous rafraichit pas! Le sable blanc est fin, mais nous nous installons sur des transats usés à l´ombre des arbres.
 
 
 
Nous repartons vers 17h, juste assez tot pour voir se coucher le soleil sur la baie depuis le balcon de notre GH.
 

 
Nous retournons ensuite manger sur les quais des calamars et des crabes au barbecue.

Nico veille devant l´autre 1/2 finale de la LDC, petite consolation pour ne pas avoir pu trouver hier les 1/2 de la H cup sur une seule de leur 90 chaines.
 
 
30/04

A 7h30, nous prenons un solide petit déj en face de la GH: une assiette de riz au porc caramélisé grillé, légumes vinaigrés et oeuf au plat.
 
Nous embarquons ensuite pour l´ile de Koh Khong, à 2h de navigation, avec 5 touristes britanniques. Au bout d´une demie heure de trajet en bateau, nous sortons des eaux marronasses de cote pour entrer dans une eau plus bleue où Lili aperçoit des poissons qui rebondissent sur les vagues à toute vitesse et meme quelques dauphins sauteurs.
 


Koh Khong est une ile inhabitée couverte d´une foret impénétrable. Nous nous contentons donc d´une plage de sable blanc paradisiaque. L´eau est très claire, évidemment chaude, et il y a un peu de fond.
 
 
 
Nous restons là 4h, ce qui nous laisse le temps de bien en profiter, et meme d´aller faire du snorkeling dans les rochers un peu plus loin. Il y a quelques coraux et pas mal de poissons de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Lili a une peur bleue lorsqu´un poisson d´à peu prés 20cm vient se coller sur sa peau et ne veut pas la lacher, il revient meme à plusieurs reprises quand elle le chasse. Trés bizarre!

Pour se remettre de ces émotions, un festin nous attend sur la plage: de grands poissons à l´ananas cuits en papillote sur un feu de bois, accompagnés de légumes et de riz.

Le bateau nous dépose ensuite dans une mangrove où les racines trés développées semblent porter les arbres comme des pattes d´araignées plantées dans la vase.
 
 
 
En soirée, en marchant dans la rue, nous tombons complétement par hasard sur Laury, notre ami rencontré au Laos puis à Phnom Penh. C´est une bonne occasion pour boire un certain nombre de bières en mangeant des lotchas et des calamars!


 

Commentaires

 Mathilde
eh ben cette petite raie , comment dire ... ça fait ...un peu vieux , mais aussi quelle idée de faire confiance a 1 type qui fait cyber café , coiffeur ,barbier , il ne doit savoir faire qu'une seule et unique coupe !
il a dû avoir pitié de toi pour te faire payer qu'1 euro 60 !!
et NOOOON , sans aucun regret,je suis contente de changer de métier ! de nos jours , avoir 2 métiers dans les mains est 1 avantage non négligeable ...
 Nico-Lili
Nico pense que tu te moques de lui! lol Il a laisse le coiffeur exprimer sa creativite qui lui a fait la meme coupe que lui meme.
En fait c est pas si surprenant de revoir des gens, car tous les voyageurs font a peu pres le meme circuit.
Auj, on a discute avec des francaises qui connaissent une estheticienne qui fait fortune au cambodge apres avoir galere en france car sa nationalite lui confere du prestige donc ses clientes sont les femmes de ministres et les princesses qui lui donnent de gros pourboires. lol
Sans regret? lol
 Mathilde
Nico ta nouvelle coiffure te va très bien . le coucher de soleil est splendide et c'est drôle comme le monde est rempli de surprises et de hasard: La rencontre de Laury à plusieurs endroits différents sans se donner RDV , c'est bizarre !



Autres récits de voyage