Un avant gout d'Angkor
 
  
     

Un avant gout d'Angkor

Kampong Thom, Cambodge le 19/04/2013

18/04

4h de bus et nous arrivons à Kompong Thom. Il fait très chaud, autour de 40°. On pose nos affaires dans une GH toute neuve et on va manger dans un resto pour locaux. C´est bon, pas cher, et il y a du riz blanc à  volonté. Lili se retrouve avec un plat qui ne ressemble pas beaucoup à l´énoncé, de la viande de porc haché accompagnée de légumes croquants baignant dans de la sauce soja. Nico commande un loklak au boeuf, qui ne ressemble pas à celui de Ban Lung car les morceaux de viande sont plus gros, servi sur des nouilles de blé sautées au wok.

Aprés cela, nous allons faire une sieste digestive à la GH, et ne ressortons qu´à 17h pour aller voir les chauve-souris qui se serrent sur trois grands arbres prés du canal. Elles sont déjà énormes perchées, mais atteignent au moins 40cm d´envergure en vol. Impressionant. Elles ne sont par contre pas trés actives, mis à part les pépiements et quelques envolées en solitaire. Nous n´avons pas droit à un envol collectif à la nuit tombée comme en Thailande.

 

 

Nous allons ensuite diner léger sur les stands de rue: une soupe de riz au poulet et un bouillon de légumes au poulet puis nous essayons les desserts, trés sucrés mais pas terribles.

 

19/04

Nous louons une moto et partons au Nord pour le site archéologique de Sombor Prei Kuk. Les temples, dédiés principalement à Shiva et parfois à Vishnou datent du 7e siècle. Aujourd´hui au milieu d´un bois, ils sont les vestiges de la capitale ayant précédé Angkor. Environ 200.000 khmers y vivaient à son apogée! Certainement 10 fois plus qu´à Lutéce à la meme époque. Sur la centaine de temples dont on a trouvé la trace, seule une vingtaine est encore debout après avoir résisté à la nature, aux pillages, et aux bombes américaines. Quelques uns sont encore trés beaux et ont conservé quelques statues et bas reliefs ciselés.

 

En repassant à Kompong Thom, nous nous arretons au meme resto que la veille et mangeons une soupe à la citronelle et une omelette au porc, toujours servis avec une bassine de riz.

 Nous repartons ensuite vers le Sud et nous arretons une première fois en traversant un village de tailleurs de pierre. Nous les regardons sculpter des statues en grés qui iront le plus souvent orner les temples bouddhistes après qu´un riche khmer les aient achetées pour les offrir. Certaines mesurent plus de 2m, façonnées avec une petite disqueuse, un marteau et un burin.

 

 

Nous nous arretons ensuite visiter une magnanerie, un élevage de vers à soie. Le patron est un américain qui nous fait la visite en personne et gratuitement. Aprés avoir oeuvré pour une ONG, il a quitté son poste pour fonder cette minuscule entreprise et en faire vraiment bénéficier les habitants. Il est fier d´employer 19 personnes. Il nous explique les étapes de l´élevage des vers jusqu´à ce qu´il s´enferment dans leur cocon qu´on déroule ensuite pour en récupérer la soie. Ces vers produisent la soie dorée du Cambodge unique au monde, mais sont 2 fois moins productifs que les vers à soie blanche du Vietnam, de Chine ou de Thailande. Les écharpes en soie tissées ici sont d´une qualité remarquable.

Nous le quittons pour nous rendre à la montagne de Phnom Santuk. Son ascension comporte 810 marches peuplées de macaques.

 

Heureusement, nous arrivons après une grosse averse, donc l´air s´est rafraichi et c´est plus facile. Au sommet, il n´y a pas de magnifique panorama sur le soleil couchant car la vue est bouchée par les arbres. Il y a en revanche de très nombreux petits temples, tantot dédiés à Bouddha et tantot aux dieux hindous. L´ancien et le neuf se cotoient dans une végétation féroce. C´est beau, mais le site est pollué de façon inimaginable en Europe, tout est couvert de détritus laissés par les touristes locaux venus pendant le nouvel an khmer. Nous marchons au mileu des déchets où quelques pauvres cherchent quelque chose à récupérer.

Nous reprenons la route de nuit et faisons un repas plutot décevant au marché.

 


 

Commentaires

 Marraine Anne
La soie dorée du Cambodge, je ne connaissais pas. Je vais de ce pas me renseigner sur internet ;-)
 Marraine Anne
A la fin de votre voyage, vous nous ferez un petit rapport "Michelin" sur les diverses gastronomies rencontrées ! Et surtout le pays dont vous avez le plus apprécié la cuisine. Car vous devenez experts en la matière ! Une vraie référence !



Autres récits de voyage