Blog Voyage, Guide de Voyage, Billets d'avion
 
  
     

La baie d'Along intérieure

Ninh Binh, Vietnam le 29/06/2013

27/06

Nous arrivons à Ninh Binh à 4h du matin, après une nuit courte et agitée. Nous nous laissons démarcher par quelques chasseurs de clients et nous faisons transporter gratuitement jusqu´à un petit hotel très bon marché où nous finissons notre nuit.

C´est frais et dispos que nous allons louer une moto (pas le choix, on ne propose pas de tour organisé dans les environs!). Comme d´habitude, nous faisons jouer la concurrence pour avoir la location au meilleur prix, mais cette fois-ci nous tombons sur un os. Après avoir demandé à notre hotel, nous poussons la porte d´une agence à la devanture engageante et nous retrouvons dans le salon d´un particulier, où un gars pale, suant et agité nous fait comprendre d´attendre un peu. Son acolyte débarque quelques minutes plus tard, lui aussi un peu agité mais sympathique, nous montre une moto assez vieille mais on a vu pire. Nous donnons notre accord, versons un acompte et il nous demande une heure de temps. C´est surprenant, mais comme ça nous arrange parce que ça nous laisse le temps de déjeuner, nous ne relevons pas. Nous allons donc manger, dans un hotel géré par la meme famille que le notre, où on nous propose une moto en très bon état pour le meme prix, finalement. Lorsque nous retournons à la petite agence, la moto a été bricolée avec du fil de fer et le plein a été fait (rarissime en Asie). Soupçonnant une entourloupe, nous annonçons que nous changeons d´avis, et le gars pète un plomb. De agité il devient très aggressif avec Nico qui s´énerve un peu trop aussi, et nous avons de la peine à nous en débarrasser. C´est seulement là que nous réalisons que lui et son copain sont clairement en manque de quelque produit. D´après ce que nous diront ensuite les voisins, ils s´injectent de la nicotine et arnaquent régulièrement les touristes qui se voient contraint de payer très cher les réparations de la moto trafiquée pour tomber en panne.

Nous partons donc avec la meilleure moto voir la surprenante cathédrale de Phat Diem à 30 km. Son architecture mele le style des églises et des pagodes.

 

Sur la route, nous voyons un camion couché en travers de la chaussée, une famille de 7 personnes sérrée sur une moto et un porc chargé à l´arrière d´une moto qui nous pisse dessus qund nous le dépassons.

Nous nous rendons ensuite à l´attraction du coin, la balade en barque à rames sur la rivière Tam Coc.

 

 Pendant cette heure et demie de quiétude, nous observons les oiseaux plongeurs, entourés par les rizières et écrasés par les grands massifs karstiques qui valent au lieu le surnom de "Baie d´Along terrestre".

 

 

 La rivière en traverse trois, et nous avec elle. Nous passons un très bon moment avec notre rameur tranquille qui accoste et disparait meme quelques minutes, le temps d´aller cueillir une poignée de piments. Petite originalité: ici on rame avec les pieds.

En toute fin d´après-midi, nous faisons une dernière halte à Bich Dong pour voir de charmants temples troglodytiques accessibles par un escalier abrupt.

En soirée, alors que nous mourrons de faim, nous sommes trompés par le Lonely que, pour une fois, nous avons voulu écouter. Le restau qu´ils conseillent est à une fausse adresse et, lorsque nous le trouvons quand meme, il affiche des prix 5x plus élevés que prévu! Nous nous rabattons très à contrecoeur sur le seul restau ouvert autour de notre hotel, un mauvais truc pour touristes où la bouffe est insipide.

28/06

Nous prenons un copieux petit déj´ puis enfourchons la moto en fin de matinée. Nous nous arretons 20km plus loin à Van Long, une réserve naturelle pour oiseaux.

 

Nous montons dans une barque de bois manoeuvrée par une rameuse bien couverte et glissons sur une paisible rivière, autour et au milieu des massifs. C´est plaisant, mais un peu redondant avec Tam Coc, et les oiseaux ne sont pas là.

Nous prenons ensuite la direction du village de Kenga, un ancien village flottant où les pecheurs ont fini par abandonner leur mode de vie pour construire en dur sur la rive. Nous roulons sur un labyrinthe de digues étroites, traversons des hameaux qui semblent pris en étau entre les cours d´eau et dont les rues sont utilisées sur toute leur largeur comme aire de séchage de la paille.

 

 

Nous avons l´impression d´etre dans un endroit très spécial, avec la sensation d´etre bien à l´écart de la marche du monde.

 

A midi nous mangeons un ragout de chèvre épicé près d´un tout nouveau complexe bouddhique géant. Nous faisons ensuite route vers l´ancienne cité d´Hoa Lu. En chemin, écoutant notre curiosité, nous quittons le bitume pour emprunter un tunnel creusé dans la montagne. De l´autre coté nous découvrons un lac totalement encerclé par les falaises! Une poignée de Viets s´y baigne et ils nous invitent à les rejoindre, ce que nous faisons avec plaisir!

Nous entrons ensuite dans l´ancienne cité fortifiée qui fut la première capitale du Vietnam en tant que tel, jusqu´à l´an mille. Nous y visitons deux temples originaux puis grimpons 200 marches sous un soleil de plomb pour atteindre un sommet où  nous contemplons la plaine et les pics karstique, ça vaut le coup.

 

29/06

Le réveil est réglé sur 5h mais, comme hier, nous sommes réveillés par le hurlement  des haut-parleurs de la ville. Tout les jours, le gouvernement diffuse un message long d´une demie-heure pour marteler un peu de propagande et exhorter les habitants à sortir faire leur aérobic dans la rue. Et, meme si certains se disent agacés par la répétition quotidienne, ça marche! Les gens sont dans la rue au lever du jour en tenue de sport: bermuda et maillot de corps pour les hommes, pyjama et chaussures fermées pour les femmes. Il faut suivre les exercices et la cadence crachée par les haut-parleurs: mot-hai-ba! Mot-hai-ba! (1-2-3!). Certains se démarquent quand meme un peu en pratiquant la marche, le footing ou le badmington.

Nous prenons donc notre petit déj´à 5h30 dans la rue, déjà très animée, en compagnie des Viets qui prennent souvent leur repas à l´extérieur avant d´aller bosser. Et on les comprend! Un ban cuan et un ban xeo, c´est quand meme meilleur qu´une cracotte, et c´est bien plus compliqué à faire.

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage