Premiers jours au Vietnam
 
  
     

Premiers jours au Vietnam

Phú Quoc, Vietnam le 14/05/2013

12/05

Il a fait très chaud cette nuit, mais nous avons coupé le ventilo, trop fort, qui nous enrhume. Il a plu toute la nuit et ce n´est pas fini; l´orage a saturé l´air d´humidité.

Notre mini-bus a une heure de retard donc, pour ne pas nous faire rater le bateau à Ha Tien, le chauffeur roule comme un dingue sur la piste en terre détrempée.

A la frontière, le douanier Vietnamien nous impose une visite médicale express et ramasse deux dollars, ça commence bien!

Nous arrivons à temps à Ha Tien pour attraper le ferry qui nous débarque sur l´ile de Phu Quoc 1h30 plus tard. Sur le quai, nous montons dans un mini-bus plein de touristes et nous tapons 2h30 de tournée pour déposer tous les autres, qui ont des réservations dans des resorts à 50$/nuit ou plus. Nous commencions à désespérer de trouver une chambre abordable, quand nous trouvons enfin notre bohneur à 100m de la plage: une chambre confortable avec terrasse et sdb pour 10$. Nous allons faire un plouf malgré le mauvais temps, puis manger enfin notre deuxième et dernier repas de la journée. Avant de nous coucher, nous allons boire notre première bière vietnamienne avec le propriétaire de l´endroit, un français de 82 ans complètement allumé qui a bien connu des extra-terrestres.

 

13/05

Depuis le Cambodge nous ne négligeons pas le petit déj´, nous voulons faire oublier les noodle soups laotiennes, et comme nous avons peut-etre perdu du poids, nous continuons.

Nous partons en exploration de l´ile en moto. Nous montons à Duong Dong, la principale ville, et visitons le temple-phare de Dinh Cau, puis une fabrique de nuoc mam (sauce de poisson), où l´on se promène entre les immenses cuves en bois.

 

Les axes principaux sont en train d´etre refaits et goudronnés, et le reste est constitué de pistes piégeuses, mais nous avons connu bien pire. Nous allons déjeuner dans un village de pecheurs où nous admirons les fruits de mers à vendre présentés dans des aquariums. Il y a des langoustes communes, d´autres plus petites et plates, des crabes, d´énormes escargots de mers, des raies ocres, des coquillages inconnus, des requins, et meme des hippocampes.

 

 

Nous nous arretons ensuite à une cascade car on nous a dit qu´avec toute la pluie qui est tombée ces derniers  jours ce serait sympa, mais il n´y a pas une goutte d´eau. Heureusement, nous nous faisons inviter par un groupe de jeunes viets en train de pique-niquer. Il nous font manger  --des pastèques, du paté chinois et des cacahuètes en alternance--  et surtout boire un alcool de riz dans un petit verre à shot. Il n´y a qu´un verre pour tous, celui qui se sert invite quelqu´un à le partager avec lui; si celui-ci accepte (meme si on ne peut pas vraiment refuser), le premier boit la moitié du verre et le tend au second, qui le termine. Nous avons trouvé très sympa cette coutume de partage du verre, meme si nous n´avons pas tellement pu nous attarder longtemps avec eux car il nous fallait quand meme continuer, et à deux roues en plus.

 

 

Nous nous dirigeons ensuite vers le Nord de l´ile, traversons des forets épaisses et débouchons sur des plages. Nous nous baignons pour nous rarafraichir, mais ça ne rafraichit pas vraiment, et pour nous débarrasser de la terre rouge des chemins. C´est trés joli, mais l´orage arrive, au loin.

 

 

Nous redescendons en longeant la cote Ouest, une longue plage étroite sur une dizaine de kilomètres, admirons le coucher du soleil en route, et arrivons au marché de nuit de Duong Dong à ...la nuit.

Nous y sommes émerveillés par l´abondance de fruits de mer étranges sur les étals des restaurants. Il y a des coquillages énormes pesant plusieurs kilos chacun, des couteaux comme dégoulinant de leurs coquilles, des bivalves grands comme deux mains, etc. Nous mangeons un "hot pot" (une soupe à compléter soi-meme au fur et à mesure) aux fruits de mer, bon marché, simple, sain et copieux. Avant de rentrer, Lili s´attarde devant les stands de perles cultivées sur l´ile.

 

 

Sur Phu Quoc, les locaux se montrent accueillants et aimables, contrairement à ce que tous les voyageurs nous avaient dit quant à la mentalité des vietnamiens. Peut-etre est-ce une particularité insulaire? En tout cas nous sommes agréablement surpris et espérons que cela va durer. Nous nous rendons compte que cela va etre difficile de comuniquer et de demander notre chemin au Vietnam. La langue est trés difficile, constituée de tonalités difficilement reconnaissables pour nos oreilles. Du coup, ils ne comprennent pas quand nous prononçons un mot aussi simple que celui d´une ville, meme si nous essayons plusieurs intonations. Parfois, quand meme, l´un d´eux percute au bout d´un moment, répétant le nom, d´une manière qui nous parait environ identique à la notre, mais selon eux absolument differente! De plus, seulement trés trés peu de gens comprennent l´anglais, meme deux ou trois mots.

 

14/05

Nous partons en excursion vers le Sud avec un Tour. Premier arret dans une ferme perlière, où l´on nous explique rapidement le procédé de production, et où l´on veut surtout nous vendre des bijoux constitués de perles de toutes grosseurs et de nombreuses couleurs. C´est magnifique, mais c´est largement hors budget!

Nous prenons ensuite le bateau, qui nous emmène au beau milieu d´un archipel de 12 iles au-delà de la pointe Sud. Nous y essayons la peche à la ligne, avec un simple fil lesté et terminé par un hameçon où l´on accroche un bout de calamar. Il faut poser l´appat au fond pour que ça morde, et ça mord. Le problème est que nous ne sommes pas doués, et les poissons bouffent plusieurs fois l´appat à notre insu. Lili reste bredouille mais Nico ferre un joli poisson de fond tacheté de bleu au tout dernier moment, lorsque notre bateau redémarre.

 

 

Nous faisons aussi deux fois 1h de snorkeling. On ne s´en lassse pas! Ici, l´eau est particuliérement claire, et les fonds riches en poissons, coraux, anémones et coquillages. On profite à fond des couleurs.

 

 

Entre les deux, nous avons droit à un copieux repas à bord, composé de soupe aux légumes, d´omelette, de thon mariné et grillé, de nouilles sautées aux calamars, et, en option, d´oursins. Nous discutons avec des Australiens et des Vietnamiens en vacances.

Nous terminons ce tour en beauté par Bai Sao, la plus belle plage de Phu Quoc, qui revet sous son eau claire un sable exceptionnellement blanc et fin qui crisse sous nos pas.

 

 

Aprés avoir aperçu le coucher de soleil depuis la plage prés de notre GH, nous allons prendre un cocktail sur la plage, et y mangeons en savourant la fraicheur du vent marin.

 


 

Commentaires

 Marraine Anne
Très belles photos. Lili est toute jolie sur fond bleu !
 Annabelle, Florian et Ewen
les plages donnent vraiment envie!!
ça fait plaisir d'avoir de vos nouvelles... Grosses bises à vous 2.



Autres récits de voyage