Capitale abandonnee
 
  
     

Capitale abandonnee

Phnom Penh, Cambodge le 17/04/2013


15/04

Ce matin, un malentendu nous fait presque rater le bus. Nous l´attendons devant l´hotel alors qu´il faut aller à la station. Nous nous en rendons compte 5 min après à l´heure du départ prévu, ce qui occasionne une petite course matinale avec les gros sacs sur le dos. Heureusement que le bus part avec 20 min de retard.

8h plus tard, nous sommes à Phnom Penh, la capitale. Dans une GH moche à très bas prix, on trouve une chambre aveugle qui sent le moisi et le tabac froid. Ca ira pour une nuit mais on changera demain. On va faire un petit tour pour repérer les lieux et aller sur internet, et on se rend compte que la grande majorité des commerces sont fermés pour le nouvel an. Du coup la ville n´a pas l´attrait habituel, or on sent qu´elle doit etre vraiment très animée et intéressante en temps normal. Pas non plus de fete de l´eau ici, le gouvernement l´a interdite car la chaussée devenait glissante et provoquait de nombreux accidents mortels.

En soirée, on trouve un bar ouvert et on y  goute la bière pression, avant de s´apercevoir qu´il s´agit d´un lieu de rencontre entre étrangers solitaires et jeunes cambodgiennes en quete de fric. Au cours des jours suivants, on se fera la réflexion qu´une bonne partie de l´économie de Phnom Penh fonctionne avec l´argent de la prostitution: bars, coiffeurs, vendeurs de vetements, hotels.... En fait, tous les bars sont plus ou moins des lieux de rencontre, et la prostitution est bien plus visible ici qu´à Bangkok , car il y en a dans tout le centre  ville et non pas que dans certaines rues bien délimitées . Cependant, les rencontres se font de manière presque naturelle, et les filles ne s´affichent pas outrageusement. Elles font des extra en plus de leur boulot de serveuse ou de masseuse la plupart du temps. Ce n´est pas glauque ni  vulgaire comme ça l´est à Amsterdam, par exemple.

 

16/04

Nous déménageons au Lyon d´or, une GH sympa où on bénéficie d´un chambre avec salon pour 7$. Le prix est peut-etre du à la présence de cafards énormes.

Nous partons ensuite en visite. Nous commençons par la petite colline à l´origine de la fondation de la ville. Aujourd´hui, elle a été transformée en rond-point et une pagode se dresse à son sommet. Nous allons ensuite au musée National, qui donne notamment à voir de belles sculptures angkoriennes et pré-angkoriennes. Certaines sont imposantes, d´autres remarqablement fines et précises, ou les deux pour les plus belles.

 

 

Nous pénetrons aussi par hasard dans un vaste wat bondé de Khmers venus prier à l´occasion du nouvel an. Les femmes sont belles dans leurs tenues de fete, elles brulent de l´encens et lavent les bouddhas.

 

Les hommes apportent de la nourriture en offrande aux moines. Ceux-ci sont gatés aujourd´hui. Chacun est assis devant une table débordant d´assiettes pleines où il y a a manger pour dix.

 

Les mendiants font recette. Il régne une athmosphère de frénésie et de spiritualité assez étonnante.

Nous nous arretons manger des lotcha dans un petit restau. Ce sont des nouilles courtes grillées à la plancha avec des pousses de soja, c´est bien bon et ça change des soupes.

En rentrant à la GH, on tombe sur Laury (la moitié française du couple franco-argentin du Laos) devant un café glacé, et on se donne rdv plus tard. Entre temps on s´initie à Skype, avec lequel on passe les premiers appels à nos familles depuis le début du voyage.

Nous passons ensuite la soirée en compagnie de Laury, d´abord dans une terrasse de bar avec vue sur le Mékong puis on bouge dans le meme bar que la veille où la bière est moins chère.

 

Nous finissons en boite où nous nous amusons bien, nous sommes bien exhubérants en comparaison des asiatiques qui ont l´air tous coincés quand ils dansent. C´est aussi bien plus sage qu´en France: il y  a trés peu de couples.

 

17/04

Ce matin c´est grasse matinée pour se remettre car nous avons vraiment perdu l´habitude de nous coucher aprés minuit.

Nous partons ensuite à la recherche de vélos pour aller visiter des lieux plus éloignés, mais on dirait qu´il ont tous été déjà loués. Nous nous rabattons donc sur une moto-taxi, plus économique que le tuk-tuk (puisqu´on se serre à deux passsagers dessus). Arrivés au "marché russe", nous ne trouvons pas grand chose d´ouvert, mais on y  achète une nouvelle clé Usb pour stocker nos photos, puis on mange une espèce d´omelette crèpe très fine fourrée de porc haché et de soja qui se mange comme des nems, c´est-à-dire en entourant des morceaux d´herbes aromatiques et de feuilles de salade et en les trempant dans une délicieuse sauce aux cacahuètes. C´est bon et plutot original. Au passage, nous avisons un bar qui propose le pichet de 1,5L de pression pour 1,20€. Alléchant!

Nous allons au Tuol Sleng, un ancien lycée qui servit de centre détention pour torturer et éxécuter les nombreux prisonniers des khmers rouges. C´est poignant de visiter ces lieux qui ont été en partie préservés. Pendant trois ans et demi, à la fin des 70´s, plus de 15000 personnes de tous ages (meme les bébés), sexes et conditions y ont été torturées puis tués. Ces gens étaient arretés sur des motifs fumeux dont ils ignoraient tout, enfermés dans de minuscules cellules, affamés et torturés jusqu´à avouer tout et n´importe quoi pour etre enfin tués à coup de batons et entérrés dans des charniers.

 

 

La folie totale des dirigeants khmers rouges, qui ont sciemment réduit leur propre peuple en esclavage et ont tué des milliers de gens nous frappe par son caractère réfléchi et totalement inconcevable, à la hauteur du génocide des juifs.

Nous partons ensuite sous une agréable pluie fine pour aller voir le Palais Royal et sa splendide Pagode d´argent, dont le sol est constitué de centaines de dalles en argent pur. La collection de trésors et de bouddhas d´argent, d´or et de cristal est époustouflante et témoigne de la richesse du royaume d´Angkor. Avec son beau jardin, c´est un lieu moins spectaculaire mais bien plus paisible que le Palais de Bangkok, et d´ailleurs le Roi ne se gene pas pour en profiter puisqu´il y vit toujours.

 

En fin d´aprés-midi, nous nous arretons dans un centre de massage très professionel où Lili se fait faire des soins pendant que Nico se fait masser la tete.

Tout de suite après, nous retrouvons Laury avec qui nous allons bavarder autour d´un verre.

 

 

 

 


 

Commentaires

 Nicolili
Oui, on s'est suivi, mais sans le faire exprès!
 Marraine Anne
Les français sont dans la place ! Sympa la photo au bar. C'est incroyable de retrouver une connaissance du Laos, vous vous suivez ?
 Mathilde
le musée national et le palais Royal sont somptueux ! et la bière à l'air bien bonne !! bisous



Autres récits de voyage