Ayutthaya, fini la mer!
 
  
     

Ayutthaya, fini la mer!

Phra Nakhon Si Ayutthaya, Thaïlande le 28/02/2013

Le 27/02

Arrivée à 6h à Bangkok, d´où nous devons repartir tout de suite pour Ayutthaya. A la descente du bus, sur un trottoir vide en pleine ville, il n´y a rien. Pas de nouvelles de notre aimable agence de voyage, qui est censée assurer le transfert jusqu´à la prochaine étape. On décide que Nico parte à pied jusqu´à l´agence pendant que Lili attend avec les sacs dans un cyber. Finalement, on arrive à la gare pour 8h30, alors qu´un train devait partir à 8h20, mais ce n´est pas grave car il a 1h de retard.

Nous arrivons à destination vers 11h. Il fait extrêmement chaud, environ 40°. Ayutthaya est l´ancienne capitale du Siam, splendeur de l´Asie et fierté du royaume pendant plusieurs siècles, avant d´être prise et complètement détruite par les birmans au XVIIe siècle. 

 

La chambre qui nous attend est une bonne surprise: lumineuse, spacieuse, dotée de l´air conditionné (fait rarissime pour nous), et surtout, pour la première fois depuis deux semaines, nous avons l´eau chaude.

Après une douche, une lessive, une sieste, un petit tour à pied dans les alentours pour manger d´où nous revenons trempés de sueur, et une autre douche, nous partons faire le tour de la ville en bateau. On voit plusieurs gros varans dans l'eau.

 

Ayutthaya étant une île située à la confluence du fleuve Chao Praya et de deux rivières, on peut prendre on long-tail pour en faire le tour en faisant étape aux différents Wats (sites bouddhiques) qui sont sur l´autre rive. C´est ce que nous faisons pendant 2h, visitant trois temples très différents les uns des autres. Le dernier, de style angkorien, est superbe à la lumière du coucher de soleil.

 

En soirée, nous sortons à la recherche d´un loueur de moto et, sans surprise, nous ne le trouvons pas à l´endroit indiqué par une thaï de la GH. Le sens de l´orientation n´est vraiment pas leur fort (cf "les thaïlandais"). Tant pis, nous prendrons des vélos. Par contre, nous tombons sur un marché de nuit où nous achetons notre repas du soir: moules, coques, brochettes de poulet au BBQ, viande de porc et bière. Les prix sont plus bas que dans le Sud du pays. Nous dégustons tout ça sur le balcon de l´hôtel. A 22h, il y fait encore 31°.

 

 

Le 28/02

Nous partons de bon matin à vélo voir les principaux temples de la ville. Partir tôt nous permet d´éviter la grosse chaleur sous laquelle nous aurions peiné pour pédaler. Heureusement, les trajets entre chaque temple se font rapidement. De différents styles (khmer, cambodgien, cingalais,...) et de différentes époques (du XIVe au XVIIIe), ils sont tous majestueux, en ruines pour la plupart, ce qui leur donne paradoxalement bien plus de charme qu´aux rutilants temples récents. Ils sont dans l´état dans lequel les ont laissé les birmans après avoir méthodiquement saccagé la ville. On a du mal à comprendre pourquoi ils avaient même détruit ou décapité les statues de Bouddha.

 

Nous nous arrêtons vers midi manger à une carriole des soupes à 50 cts d´euro. Le gars qui nous sert est très sympa, il est déjà allé en France et semble vraiment content de nous rencontrer et de nous en parler. Nous buvons aussi comme des trous, jusqu´à nous remplir le ventre d´eau et de soda glacé.

Après ça, on rentre à la GH se redoucher et faire une pause, histoire d´échapper à la grosse chaleur. Nous repartons vers 16h pour voir le dernier Wat de la journée, en dehors de la ville. Nous allons ensuite manger dans un chouette restau recommandé par le Routard, en terrasse au bord du fleuve. Nous nous régalons avec une casserole de crabe et un gros poisson frit, que nous avons du mal à finir pour une fois.

 

Une fois de plus, nous avons eu du mal à trouver ce restaurant. Nous avons pourtant demandé notre chemin, mais nous n´avons pas écouté les conseils, ils nous envoyaient toujours dans une direction incohérente. On dirait qu´ils nous indiquent au hasard! Finalement, c´est en se débrouillant avec le Routard et sa minuscule carte que nous y sommes parvenus. Une fois arrivés au bon endroit, nous avons une dernière fois demandé à un thaï, sur le parking d´un restau, en lui montrant le guide où le nom est aussi écrit en thaïlandais. C´est incontestablement à lui que revient la palme du plus mauvais indicateur de notre voyage, avec peu de chances d´être surpassé. Il nous envoyait trois rues plus loin, alors que nous étions justement sur le parking du restau en question, un peu caché car en retrait de la route. Le comble, c´est qu´il a mangé à la table à côté de la nôtre!  Qui a dit mauvaise foi?


 

Commentaires

 Nicolili
OK. On va essayer de satisfaire les gourmandes!
 Pandora
On veut des descriptions de la bouffe!!!
 Marraine Anne
Tout ce que vous vivez est fascinant ! J'admire votre patience ! Mais à deux c'est plus facile de rire ensemble de quelques mésaventures ! J'aimerais être avec vous pour goûter à tout ce que vous mangez, même les vers de bambou ;-) Gros bisous de la montagne (encore) enneigée !
 Mathilde
je m'évade quelques instants de mes révisions pour lire vos aventures ! bisous



Autres récits de voyage