Un coin tranquille
 
  
     

Un coin tranquille

Qui Nhon, Vietnam le 13/06/2013

 

12/06

Nous nous levons assez tot pour pouvoir déguster un pho dans notre ruelle. En fin de matinée, nos passeports arrivent à la GH tamponnés, il ne nous reste alors qu´à prendre un taxi et attrapper le bus de 11h30 pour Quy Nhon.

C´est comme d´habitude un mini-bus sans air con(ditionné), qui nous secoue pendant 5h30 sans pause repas. Par chance, nous ne sommes pas trop tassés, meme si nouxs passons la derniére demie-heure à 5 sur 3 places. Nous arrivons à destination à 17h, et un moto-taxi propose de nous transporter jusqu´à l´hotel pour un prix exceptionnellement honnete. Nous choisissons un dortoir, que nous ne partagerons qu´avec une seule autre voyageuse.

Notre estomac nous ordonne ensuite d´aller manger puisque nous n´avons rien avalé depuis la soupe du matin. Nous jetons notre dévolu sur un restau de trottoir sombre mais fréquenté, ce qui est un bon gage de qualité. Pour deux soupes, un bùn au poulet, une galette de riz et deux oeufs couvés, on nous demande la somme dérisoire de 3$! Nous achetons deux brochettes de boeuf un peu plus loin et avisons un pèse/mesure personne électronique ambulant. Verdict: nous n´avons pas rapetissé mais nous Nico a bien maigri; nous pesons tous les deux entre 50 et 51 kgs.

Nous finissons la soirée à la terrasse de notre GH avec une bière Quy Nhon.

 

13/06

Nous louons des vélos et prenons la direction du centre. A la fin du petit déj, nous testons une boisson populaire qui s´avère etre du lait de soja mixé avec on-ne-sait-quoi, et qui n´illuminera pas notre journée.

Nous cherchons sans succès un musée qui semble avoir disparu depuis l´impression du Lonely, puis passons voir deux pagodes qui n´ont rien de remarquable.

 

Nous renonçons à faire le détour jusqu´aux tours Chams et retournons vers le Sud en longeant la plage. Nous admirons sur le sable les barques circulaires en bambou tressé que les pecheurs utilisent pour rejoindre leurs bateaux, et qui font furieusement penser à des paniers géants.

 

Nous essayons de nous rendre aux belles plages tout au Sud de la vile, mais une colline se dresse entre elles et nous. Nous espérions pouvoir la contourner, mais il faut bel et bien la franchir. Nous nous y attaquons, sous la chaleur et sur nos vélos rouillés sans vitesses, mais la cote abrupte finit par avoir raison de nous. Nous n´en voyons pas le bout et n´avons pas envie de trimer une heure, d´autant qu´il faudrait ensuite faire le chemin en sens inverse. Nous faisons donc demi-tour et nous baignons à l´extrémité de la grande plage de Quy Nhon, où nous sommes absolument seuls.

 

 

Un peu plus tard, nous nous installons dans un restau plutot cossu, puisqu´il comporte des tables en bois recouvertes de nappes. Comme la carte est en vietnamien seulement, la serveuse se fait aider d´un client . Celui-ci, désolé de ne pouvoir satisfaire nos souhaits -- il n´y est pourtant pour rien -- se prend de sympathie pour nous et nous offre deux canettes de Heineken puis nous invite à  sa table dans une pièce VIP. Nous faisons donc la connaissance de son frère et son épouse, et de l´ami de son frère. Nous sommes évidemment conviés à partager leurs plats, et nous faisons de meme lorsque les notres arrivent. Nous sommes aussi "obligés" de partager leurs bières, et puisqu´il faut boire les deux grandes caisses qu´ils ont commandé, on nous remplit d´autorité les verres. Les fous rires s´enchainent, meme si on en comprend rarement la raison. Notre hote essaie de nous traduire la discussion, mais la bière faisant son effet, l´anglais devient confus. Nico a le privilège d´avoirs les meilleurs morceaux du poulet: la tete et les pattes -- qu´il faut manger par paire, sinon cela porte malchance. Le frère est un homme d´affaire important qui a fait fortune grace au commerce d´encens, et c´est d´ailleurs lui qui paie l´intégralité du repas, il n´y a pas à discuter.

 

 

Nous passons le reste de l´après-midi à la plage, puis allons manger un hot pot (entre la soupe et la fondue) au thon, crevettes et calamar.Ce n´est pas délicieux, et notre thé glacé a un gout prononcé de jus de poisson. Nous le faisons changer deux fois mais rien n´y fait. Encore une fois, le restau recommandé par notre bouquin s´avère très décevant.

Avant de rentrer nous coucher, nous allons dans un grand centre commercial où nous faisons quelques courses sous le regard étonné des clients.


 

Commentaires

 Cyss
C assez marrant de faire le tour des supermarchés étrangers, on trouve plein de produits inconnus et parfois sans savoir à quoi ça sert.. Au costa on a trouve un rayon machette particulièrement dangereux et surprenant!!
Bizzz
 Nicolili
Tout simplement parce que les étrangers sont rares à Qui Nhon, et parce que les touristes vont surtout d´hotels en restaurants, faisant exceptionnelement une entrée dans les petites épiceries pour acheter un coca, des chips ou un rasoir. Là, on a vraiment fait les courses comme eux, et c´était incongru.
 Marraine Anne
Vos hôtes du midi ont l'air super sympa ! Et vous devez en avoir l'air aussi, ce n'est pas la première qu'on se prend d'amitié pour vous et que ça se finisse en bon repas.... !
 Marraine Anne
Et pourquoi donc est-il si surprenant que vous fassiez les courses dans un grand centre commercial ?



Autres récits de voyage