500 kms en moto
 
  
     

500 kms en moto

Thakhèk, Laos le 04/04/2013

03/04


Nous louons une moto pour faire "la boucle" de la région que le Lonely conseille de parcourir en 3 jours. Comme nous risquons fort de manquer de temps de visa, nous la raccourcissons un peu, pour la faire en deux jours. On récupère donc une brele chinoise (ils ne louent que ça ici), et on tombe en panne d´essence après moins d´un km, au moment où on s´arrete à l´office de tourisme. Heureusement, Nico n´a pas besoin de pousser plus d´un quart d´heure pour trouver une station service.


S´en suit 2h30 de route sur une portion toute droite et ennuyeuse à souhait. Heureusement, on bifurque ensuite dans les massifs granitiques trés découpés et abrupts, et on stoppe sur une hauteur pour admirer le point de vue.

Une famille laotienne s´y installe pour manger et nous invite à partager le pique-nique, peut-etre parce que nous les avions doublé plusieurs fois en faisant coucou. Nous recommençons donc à manger du riz, du poisson grillé, du pate, des oeufs de cent ans dans des "assiettes" de feuilles de bananier.

 

Une heure de route plus tard, nous rejoignons notre destination du jour, la grotte de Khong Lo. Une rivière souterraine traverse une montagne sur 7kms, nous la remontons en une heure de pirogue, à la lueur des frontales. La seule "salle" éclairée met magnifiquement en valeur des stalactites et stalagmites de toute beauté. La taille de cette grotte et l´athmosphére qui s´en dégage sont intimidantes.


Parvenus de l´autre coté de la montagne, nous faisons escale sur la rive, où nous assistons à une partie de pétang acharnée et relevée. Il y a une pourtant grosse ambiance autour du cochonnet car les exhubérants joueurs se dopent à la beerlao. Une fois la grotte retraversée, nous nous offrons un bon bain dans l´eau fraiche et cristalline au milieu des poissons avant de reprendre la route jusqu´à la tombée de la nuit. Sur cette route isolée, nous trouvons pour nous loger et manger pour un prix modique.

 

 

 04/04


Nous repartons de bon matin, mais nous ne sommes pas très en forme, notre estomac n´a pas la peche. On fait une heure de trajet avant de s´arreter prendre le petit déj´ (une noodle soup pour la 15e fois, mais on ne trouve que ça dans tout le pays). Nous voudrions aller à la résurgence de Khoun Kong Leng, qui semble super, mais tous les guides papier nous promettent une piste infernale digne d´un enduro. Comme on ne s´avoue pas si vite vaincu, nous décidons d´aller constater par nous-memes. Bien nous en a pris car la piste a manifestement été récemment refaite à la dameuse, hormis un passage de 300m dangereux ensablé et rocailleux où Lili doit descendre de moto pour que Nico puisse passer.


A cause de cette mauvaise pub, le lagon est libre de touristes et le prix d´entrée dérisoire. Nous partageons les lieux avec seulement une petite bande de gamins, ce qui rend le moment encore plus magique. C´est un lieu paradisiaque, l´eau du petit lac est d´un turquoise intense, les arbres qui le bordent apportent un contraste magnifique, et une falaise surplombe le tout. Nous ne manquons pas l´occasion de nous baigner dans cet endroit de reve, et l´eau fraiche et pure --qui sort de la roche au fond du lac à 70m au dessous de nous-- est un délice. C´est une vraie merveille de la nature, dont nous faisons un bon paquet de photos.


Nous choisissons ensuite de nous rendre à la grotte et la résurgence de Than Pha Chan. Quelle galère! La piste qui y conduit est au départ clairement signalée, puis se divise en plusieurs minuscules chemins, qui vont se perdre dans les champs, et nous avec, puisque plus rien n´est indiqué. Il y a des intersections partout, il faut slalomer en permanence entre les caillasses et les ornières remplies de boue. Heureusement que nous croisons quelques rares habitants pour nous renseigner tant bien que mal. Nous trouvons enfin la grotte, dont le large dome d´entrée fait plus de 60m de haut et de large, impressionant. Cependant, nous sommes déçus car les possibilités d´exploration et de baignade annoncées par le prospectus ne sont pas au rendez-vous. Après tous ces efforts peu productifs, nous renonçons à chercher la résurgence. Par contre, nous nous arretons explorer une petite grotte formée d´innombrables boyaux pareille à un labyrinthe, que nous ont indiqué des jeunes en train de tirer de l´eau au puits.


Nous allons voir encore une autre grotte, décevante aussi, puis décidons de nous arreter là, meme si ce ne sont pas les grottes qui manquent ici. Nous venons d´avaler plus de 500 bornes en 2 jours, dont 100 de pistes, avec la petite 110 cc chinoise, et la fatigue se fait sentir. Nous rentrons donc prendre une douche méritée puis allons diner avec du canard grillé car il nous faut bien manger autre chose que ces éternelles noodle soups.


A 22h, nous montons dans un bus pour Pakse, dans lequel nous passons une nuit impossible. Ce bus est vieux, bondé, non climatisé alors qu´il fait une chaleur à crever meme avec les vitres grandes ouvertes, et les sièges sont recouverts de plastique. C´est donc au bout d´une longue nuit de chaleur et d´inconfort que nous atteignons enfin notre destination, à 5h du matin.


 

Commentaires



Autres récits de voyage