Angkor et Angkor
 
  
     

Angkor et Angkor

Angkor Thom, Cambodge le 22/04/2013

22/04

La journée attendue où nous allons visiter Angkor est arrivée! Pour en profiter au maximum, nous avons prévu d´y rester du lever au coucher du soleil, et nous avons donné rdv à un tuk-tuk à 5h du matin. Celui-ci n´est toujours pas là à 5h20, mais ce n´est pas grave, nous en prenons un autre, ce ne sont pas les tuk-tuk qui manquent ici, meme à 5h du mat´. Mais un peu plus et nous aurions loupé le lever du soleil sur le temple.

Il nous conduit tout d´abord à Angkor Vat, le plus vaste, le plus symbolique et le plus célèbre des temples d´Angkor. C´est celui qui est représenté partout au Cambodge, sur les bouteilles de bières comme sur le drapeau national. Malgré cela, la découverte de la vision de ce temple grandiose est surprenante. C´est aussi le lieu le plus prisé pour assister au lever du soleil, au-dessus de ses trois fameuses tours de plus de 50m en forme de bouton de lotus. Pas de chance, ce matin le soleil est voilé, mais ça ne nous dérange pas, nous partons à l´assaut des batiments, immenses, aux murs ornés de bas-reliefs sur 800m de longueur. Nous y restons 1h30, sans avoir pu trop nous attarder, mais il faut continuer car nous avons un programme chargé.

Nous allons ensuite au Preah Kan, un autre temple immense qui servit d´université bouddhique. L´intérieur est un labyrinthe de galeries reliant des sanctuaires et des salles de tailles diverses, toujours ornés de bas-reliefs. Ils représentent bein entendu les divinités, mais aussi beaucoup d´apsaras, les danseuses khmers. Certains sont très bien conservés, d´autres offrent des nuances ocres, vertes et rouges.

Nous admirons ensuite le Neak Pean, un momument entouré de bassin auquel on ne peut accéder; puis le Ta Som, et nous prenons le temps de nous imprégner de l´athmosphère de ce lieu peu fréquenté; puis le Mébon oriental, un petit temple-montagne décoré par des éléphants aux quatres coins; puis Pre Rup, un petit temple-montagne de briques.

Nous arrivons au Ta Phrom, un temple lui aussi labyrinthique, qui n´a volontairement pas été autant restauré que les autres, les archéologues ayant voulu laisser un témoignage de l´état d´Angkor à  sa découverte. Il en résulte que le temple est pris d´assaut par la végétation, en particulier par les immenses arbres dont les racines plongent entre les pierres, comme le ficus, et semblent dégouliner dessus, comme le fromager.

Nous aimons nous promener dans les galeries au toit effondré et sous les branches gigantesques pour découvrir un nouveau point de vue à chaque détour. L´athmosphère du lieu est prenante, d´autant plus que nous profitons de la quiétude relative de la basse-saison.

 

Nous traversons le Banteay Kdei en admirons encore un fois les bas-reliefs, puis nous grimpons sur le Ta Keo. C´est un immense temple-montagne entièrement en grés qui comporte peu de décorations, mais de taille trés imposante. Nous y subissons la morsure du soleil qui s´est depuis longtemps débarassé de sa couverture nuageuse, et la chaleur des rayons répercutée par la pierre nous cuit sur place. Ce n´est pas la basse-saison par hasard.

En guise d´apéritif, nous visitons rapidement le Thommamon, un petit temple raffiné qui aurait constitué une attraction touristique majeure s´il était situé n´importe où ailleurs qu´à Angkor.

Nous pénetrons dans l´enceinte d´Angkor Thom, l´immense cité érigée à l´apogée du royaume, où se sont logées plus d´un million de personnes, du Xe au XIIe siécle.

 

Nous y faisons la pause déjeuner. En son centre se trouvent de nombreux temples et monuments, dont le fantastique Bayon. C´est l´un des temples les plus marquants, avec ses trente-sept tours ornées de visages à l´expression énigmatique.

Nous commençons la visite en faisant le tour du temple, nous admirons les bas-reliefs qui courent sur le mur extérieur, et surtout les visages qui révèlent leurs contours selon l´angle d´où on les observe. Nous montons ensuite dans le temple pour admirer la beauté des tours de près.

 

Nous grimpons ensuite sur le Baphuon, un temple-montagne qui fut une des splendeur d´Angkor en son temps et offre une belle vue. Il est connu pour avoir été le plus grand puzzle du monde, car il avait été démonté pour restauration avant l´interruption des travaux durant la période khmer rouge. Ceux-ci ayant détruit tous les documents devant permettre le remontage, les archéologues se sont ensuite retrouvé devant un cass-tete géant constitué de milliers de blocs de pierre. En obeservant bien l´edifice, on peut distinguer un immense Bouddha couché fait des pierres du temple.

Nous passons par le Phimeanakas, puis déambulons sur la terrasse des éléphants, qui fut certainement la base de la salle du trone du palais royal. Celui-ci n´étant pas un édifice religieux, il était construit en matériaux périssables, du bois surtout, et ne nous est pas parvenu.

Après avoir vu les bas-reliefs de la terrasse du Roi lépreux (où l´on ne peut pas boire un verre), nous nous rendons à notre dernière étape, le Phnom Bakheng.

C´est un temple-montagne du haut duquel on peut regarder le coucher du soleil sur l´étendue d´eau du Baray occidental d´une part, et sur Angkor Vat au loin d´autre part. Le ciel est nuageux mais la vue est tout de meme jolie.

Lorsque nous sommes enfin ramenés à notre GH par le tuk-tuk, il est 19h. Nous faisons un plongeons dans la piscine et allons manger juste à coté, dans un établissement un peu particulier où l´on pénètre en passant entre deux rangées de jeunes filles aussi largement maquillées que court vétues. Nous n´en invitons pas à notre table car nous leur préférons un gros pichet de bière pression à 1€. Nous mangeons bien (une petite surprise tout de meme dans l´assiette: des calamars séchés au sel et passés au barbecue) et allons nous coucher sans trainer.

 

 

 


 

Commentaires

 Marraine Anne
Non mais quelle merveille !



Autres récits de voyage